Le CESU ou chèque emploi service universel est une proposition plus simple des services du groupe URSSAF. Il sert pour la déclaration des rémunérations des employés à domicile omis les assistants maternels (ils sont sous la responsabilité de Pajemploi.). Il est aussi d’usage en France pour rémunérer les salariés au sein des emplois où l’on rend service aux personnes. Avec tous les avantages que l’on lui reconnaît, quels sont les inconvénients CESU pour le salarié ?

Les premiers inconvénients CESU pour salarié

Étant donné que le CESU est conçu pour les emplois de service aux personnes (baby-sitting, assister les gens âgés, ménages, etc.), l’on remarque que :

  • C’est un chèque que l’employé ne peut pas faire valoir pour la réalisation de certains services à l’instar des travaux de BTP imposants par exemple.
  • Les déclarations en rapport avec le temps d’exécution des travaux ne prennent pas en compte les demi-heures ; ce sont seulement celles qui sont entières qui sont déclarées.

Les inconvénients CESU pour le salarié qui ont pour cause les employeurs

  • Les procédures ainsi que les démarches nécessaires que doit réaliser un employeur pour son employé ne sont pas prises en compte sous prétexte que le système à tout simplifier ;
  • Le salarié est considéré comme mandataire, mais il est sous-payé, car l’employeur ne passe plus par des entreprises de procuration et oblige l’employé à mettre à leur disposition l’attestation pôle-emploi par exemple et comme cela, il n’aura rien à faire à part signer.

Les autres inconvénients CESU pour le salarié résident également dans le fait que :

  • Il soit obligé de prouver ses droits par les textes avant d’obtenir satisfaction auprès de son employeur ;
  • Il n’est pas considéré ;
  • Il travaille plus pour un salaire moindre ;
  • Il n’a pas l’avantage de voir ses jours fériés payés ;
  • Il reçoit des volets sociaux de façon irrégulière sans aucune prise en compte de son bulletin de paie ;
  • Il ne profite généralement que d’une durée de vacance obligatoire (15 jours) alors que l’employé fait le point en tenant compte de ses repos à lui qui dépassent largement le temps de congé du salarié.